bannervilnius2S
bannervilnius1

Présentation

Le Projet IDEAL en (très) bref…

Contexte et objectifs globaux

L’Europe se transforme en société de la connaissance : la connaissance constitue de manière croissante un pilier du développement économique et un outil d’émancipation sociale et de participation aux débats citoyens. La transmission de la connaissance en général et en particulier, des savoirs et savoir-faire, devient une question majeure pour garantir la pérennité et le développement de notre société. Dans ce contexte, l’enseignement occupe une place centrale et ce, du niveau le plus fondamental jusqu’au supérieur. Plus encore, la société de la connaissance ne peut se construire sans enseignants performants !
Dans plusieurs pays européens, on constate pourtant une désaffection pour le métier d’enseignant conduisant dans certains cas à de graves pénuries (surtout dans les disciplines techniques, scientifiques et l’apprentissage des langues).
Parallèlement, plusieurs pays membres de l’Union européenne ont récemment pris des dispositions visant à renforcer la formation des enseignants notamment en intensifiant leur formation initiale. En matière de formation en cours de carrière, beaucoup de progrès restent à faire. Par leurs activités de recherches, les universités constituent des pôles d’innovations importants : renforcer le lien entre l’innovation scientifique et technologique et l’enseignement en valorisant les résultats des recherches via la formation continue des enseignants à l’université est un moyen concret d’améliorer le transfert de connaissance.
Dans ce contexte, le projet a pour objectifs globaux
1. de lutter contre la pénurie d’enseignants observée dans certains pays membres de l’Union européenne via la mise au point d’un dispositif de validation de l’expérience (VAE) efficient (Axe 1).
2. de renforcer la formation continue des enseignants à l’université afin d’améliorer le transfert des connaissances (Axe 2).

Motivations

Axe 1. Pénuries d’enseignants. Les pénuries d’enseignants concernent des pays européens à des niveaux divers, fonction des disciplines. En Communauté française de Belgique, la pénurie de professeurs du secondaire varie entre 15% et 20% dans les domaines scientifiques et atteint 20% pour les langues. Au Portugal, le phénomène atteint les disciplines liées à l’enseignement technique/professionnel : lors du dernier concours national de recrutement, 1052 des 1530 candidats en sciences économiques et comptables n’avaient pas de diplôme lié à l’enseignement et sur 3049 candidats en informatique, 1524 ont été placés, dont 913 avaient suivi cette formation initiale.
Des adultes munis d’une solide expérience professionnelle/personnelle désirent réorienter leur carrière vers l’enseignement sans avoir les titres requis pour ce faire. La VAE (validation totale ou partielle des acquis de l’expérience) permet de réduire la durée des formations menant à ces titres. Ce dispositif s’inscrit dans la construction de trajectoires individualisées, ligne de force du Processus de Bologne. En facilitant ces réorientations professionnelles, il permet d’atténuer les pénuries et de répondre aux besoins des plus âgés.

Axe 2. Formation continue. L’amélioration de la qualité de la formation permet de revaloriser le métier d’enseignant (et donc de susciter des vocations) et d’accroître le transfert des connaissances issue de la recherche universitaire. Ceci passe

  1. par un renforcement de la formation initiale, priorité en Europe (en France, par exemple, les enseignants sont désormais recrutés au niveau du master). La VAE permet dans ce contexte que des adultes se réorientant vers l’enseignement suivent une trajectoire de formation adaptée.
  2. par un déploiement/une structuration de l’offre de formation continue, ce qui répond à une demande des enseignants titulaires. Dans ce cadre, la reconnaissance des compétences acquises par les enseignants en poste via la VAE leur permettra d’envisager des évolutions dans leurs carrières.

Objectifs détaillés

Dans le cadre de ce projet, les partenaires ont la volonté commune

  • d’assurer un transfert de « savoir faire » et de bonnes de pratiques mises en œuvre en matière
    • de VAE relative aux candidats enseignants,
    • de formation continue des enseignants ;
  • de développer une méthodologie permettant de tester et de valider un modèle robuste de VAE dans les institutions partenaires et dans le cadre de la problématique des enseignants. Ce dispositif pourra être généralisé au niveau des régions et communauté impliquées lors de la phase de dissémination;
  • d’organiser des formations conjointes des équipes en charge de l’accompagnement des candidats (ce qui permettra la construction de l’identité européenne du projet);
  • pour certains d’entre eux, de créer un centre de compétences en matière de VAE au niveau de l’université,
  • de développer une offre de formation continue permettant un transfert des savoirs et savoir-faire produits par l’université tout au long de la carrière de l’enseignant;

Axe 1. Pénuries d’enseignants

  • d’identifier les filières d’enseignants en pénurie avec l’aide des « employeurs » d’enseignants;
  • d’identifier et de recruter des adultes qui veulent se réorienter dans les filières définies en collaboration avec les acteurs d’insertion socioprofessionnelle;
  • d’assurer l’accompagnement de ces adultes afin de les aider à formaliser les acquis de leur expérience, de construire des trajectoires de formation sur cette base;
  • de tester/valider ce dispositif avec l’aide de l’ensemble des acteurs concernés;
  • d’assurer la formation des équipes assurant l’accompagnement des candidats.

Axe 2. Formation continue des enseignants

  • d’identifier les besoins en matière de formation continue des enseignants avec l’aide des professeurs d’université et des « employeurs » des enseignants;
  • de structurer et de déployer l’offre de formation continue en adéquation avec ces besoins;
  • de proposer un dispositif de reconnaissance des acquis expérientiels dans le cadre des formations continues (cfr. axe 1).

Partenaires

  • Université de Bretagne Occidentale (UBO, France)
  • Université libre de Bruxelles (ULB, Belgique)
  • Institut de formation continue de l’Université de Siauliai (SU, Lituanie)
  • Faculté des Sciences de la Formation de l’Université des Etudes de Gènes (UNIGE – SDF, Italie)
  • Université de Lisbonne (UL – Portugal)

Pour une présentation détaillée des partenaires et de leurs rôles respectifs dans le projet, cliquez ici !